Corps à Corps / Transmission - Catherine RAYNAL

[EXPO] DU 26 AVRIL AU 18 JUIN 2011 / VIDÉO /  AUTRES ŒUVRES EXPOSÉES / VOIR AUSSI

Dessins, installations
Du 26 avril au 18 juin 2011
Artiste : Catherine Raynal
Lieu : galerie VivoEquidem, 113, rue du Cherche-Midi 75006, Paris, FR

Tél. : +33 (0)1 83 97 22 56 ou +33 (0)6 16 81 01 48
Ouverture : du mardi au samedi de 15h à 19h30

Contacter la galerie par mail

Premier facteur d’individualisation, le corps est la borne frontière marquant la différence d’un individu à l’autre. Sa condition organique porte également toute l’ambivalence de la condition humaine : dignité/bestialité ; noblesse/honte ; pouvoir/fragilité.

Sans visage, sans membres supérieurs ni pieds, les corps asexués de Catherine Raynal ne sont plus que des formes ancestrales sur lesquelles les normes sociales n’ont aucune prise. En abolissant ainsi le moderne « usage de soi », l’artiste affirme que le corps reste le siège d’une expérience collective, quels que soient l’époque et le lieu.

Les ex-voto agissent également dans ce sens. La formule « ex-voto suscepto », littéralement « suivant le vœu fait », résonne de la même façon et sans considération temporelle ou spatiale pour justifier la reconnaissance aux dieux, la recherche d’ADN dans le cadre de la justice, l’amputation d’une phalange des yakuza ou l’empreinte des mains de l’art pariétal paléolithique.



Vue des ex-voto de l'exposition

CORPS
Premier facteur d’individualisation, le corps est la borne frontière marquant la différence d’un individu à l’autre. Sa condition organique porte également toute l’ambivalence de la condition humaine : dignité/bestialité ; noblesse/honte ; pouvoir/fragilité.

Sans visage, sans membres supérieurs ni pieds, les corps asexués de Catherine Raynal ne sont plus que des formes ancestrales sur lesquelles les normes sociales n’ont aucune prise. En abolissant ainsi le moderne «usage de soi», l’artiste affirme que le corps reste le siège d’une expérience collective, quels que soient l’époque et le lieu.


VIDÉO


 

Vue de l'exposition

 

Vue des corps présentés lors de l'exposition avec celui de l'artiste 

 

Vue de ex-voto brodés l'exposition

Les livres brulés sur leurs stèles


Après la première partie de l'exposition où l’artiste soulignait l’ambivalence de la condition humaine en considérant sa condition corporelle, Catherine Raynal exprime cette fois les enjeux de la transmission sous la forme de bouches muettes, d’une triple bande-son et d’une installation de livres brûlés sur des stèles.

L’ensemble permet une expérimentation en déphasage de stimuli conventionnellement attribués à des perceptions précises : la bouche avec la mise en forme de la voix, le son environnant l’individu d’une ambiance à laquelle il ne peut échapper et le livre brûlé, transformé finalement en objet impossible à manipuler.

Catherine Raynal.Photo© Max torregrossa


Lui envoyer un mail, la galerie lui transmettra 


Voir aussi : 

[EXPO] Mémoire Blanche et Noire - Catherine Raynal

[EXPO] Combustion - Catherine Raynal

 

AUTRES ŒUVRES EXPOSÉES

Sans Titre, Ex-voto #2. Encre sur papier, 21 x 17cm, 2011   Sans Titre, Ex-voto #6. Encre sur papier, 21 x 17cm, 2011   Sans Titre, Ex-voto #10. Encre sur papier, 21 x 17cm, 2011
         
Sans Titre, Ex-voto #7. Encre sur papier, 21 x 17cm, 2011   Sans Titre, Ex-voto #8. Encre sur papier, 21 x 17cm, 2011   Sans Titre, Ex-voto #4. Encre sur papier, 21 x 17cm, 2011
         

Sans Titre, broderie sur tissu 23,5 x 19 cm, 2011

 

Sans Titre, broderie sur tissu 23,5 x 19 cm, 2011

 

Sans Titre, broderie sur tissu 23,5 x 19 cm, 2011

         

Sans Titre, broderie sur tissu 23,5 x 19 cm, 2011

 

Sans Titre, broderie sur tissu 23,5 x 19 cm, 2011

 

Sans Titre, broderie sur tissu 23,5 x 19 cm, 2011

         

Sans Titre, broderie sur tissu 23,5 x 19 cm, 2011

 

Sans Titre, broderie sur tissu 23,5 x 19 cm, 2011