L'inutile Comme Volonté de représentation Benyounès SEMTATI

[EXPO] DU 12 MARS AU 25 AVRIL 2015 / DOSSIER DE PRESSE (pdf)  /  BENYOUNÈS SEMTATI / VIDÉO /  ŒUVRES EXPOSÉES / VOIR AUSSI

Peintures, dessins, collages
Du 12 mars au 25 avril 2015
Artiste : Benyounès Semtati
Lieu : galerie VivoEquidem, 113, rue du Cherche-Midi 75006, Paris, FR

Tél. : +33 (0)1 83 97 22 56 ou +33 (0)6 16 81 01 48
Ouverture : du mardi au samedi de 15h à 19h30

Contacter la galerie par mail

La galerie VivoEquidem est heureuse de recevoir Benyounès Semtati pour l’exposition « L’inutile comme volonté de représentation ». À travers une sélection d’œuvres produites en 2014, l’artiste nous propose de l’accompagner dans le monde qu’il traverse sans cette « obsession insipide d’être utile ». 

Utilisant du carton de récupération, la gouache, le crayon ou la craie, Benyounès Semtati refuse l’artifice de la virtuosité et le clinquant de l’objet d’art minutieusement élaboré. C’est une liberté pour lui de ne pas trop penser au modus operandi, même si on entrevoit un grand savoir-faire dans Nature Morte où il a peint avec élégance des pommes sur le papier imprimé de sac de maraîchers. 

Sans être nihiliste, il évoque l’inutile comme un antidote à une sorte de sécheresse mentale et peut-être même sociale. Ne pas toujours chercher l’utilité, l’efficacité ou la réussite dans tous les actes de la vie est aujourd’hui une gageure pour l’individu en général et pour l’artiste en particulier. 

« J’ai l’impression que je travaille pour me débarrasser de l’asphyxie » dit-il. Et cela explique pourquoi ses œuvres sont particulièrement aériennes et légères. Elles sont parsemées de ses (très) nombreuses lectures et de ses multiples promenades intérieures suroxygénées. Le Saint Barthélemy du Jugement Dernier de la Sixtine transparaît dans Résurrection-Dior  où un personnage féminin de magazine de mode naïvement stylisé et manucuré tient, comme le saint dans la représentation de Michel-Ange, une peau d’homme vidée de sa chair. Ici, le jugement des corps se fait dans les magazines... 


Benyounès Semtati parle de l'inutile comme volonté de représentation. Vidéo, 38 '

Benyounès Semtati dans son atelier. Photo©Max Torregrossa

 

L'Empire State Africain, collage sur bois, 88x60cm, 2014 


BENYOUNÈS SEMTATI 

Né à Oujda au Maroc en 1966, Benyounès Semtati a toujours vécu en France. Il est reçu aux Beaux-arts de Saint-Étienne, mais des choix personnels et des circonstances professionnelles le conduisent très vite à Arles et Marseille, dans un tour d’Europe puis aux États-Unis et à Paris. Dans le cadre de l’exposition collective Africa Remix (2005), ses œuvres ont été exposées à Düsseldorf, Londres, Tokyo, Johannesburg, Stockholm et Paris au Centre Georges Pompidou.

Au départ, la peinture était pour moi un moyen de pénétrer dans le monde de la représentation et de m’engager socialement avec cet outil. Puis, je suis passé à une période de recherche où les tableaux, dans chaque série, développaient un style différent. Cette pluralité du style m’a questionné et a installé parfois le doute sur le sens du travail. Il m’est apparu par la suite que cette diversité de regards, loin d’être un problème, devenait le sens de mon travail. Le regard, emprunt d’une certaine éducation académique, freinait l’énergie des tableaux. Je pense être sorti de cette impasse entre autres, grâce à plusieurs séjours à New York. La configuration de cette ville a immédiatement déstabilisé mes repères ; je me suis senti dans un état de fascination. Mon statut identitaire s’est déplacé en libérant l’œil ou regard, que je portais sur les individus dans la cité. Ma double culture trouvait dans cette ville un territoire familier. Je bénéficiais d’un petit atelier, pendant deux séjours de trois mois, dans le quartier de City Hall à Manhattan. Dans cet espace je pris la décision de produire uniquement sur papier. Ce support a très vite déclenché chez moi une attitude différente à l’égard de l’œuvre. Que ce soit avec la peinture ou le dessin, mes gestes se sont soulagés des contraintes laborieuses. De nouvelles figures se sont imposées, avec leurs singularités ; la narration des fonds a laissé place à un espace plus abstrait et ainsi une évolution de l’espace s’est également produite dans le travail. Depuis, l’intérêt porté au dessin me conduit aujourd’hui à me servir de ce médium comme un élément fondamental dans le travail. Il me permet d’établir des liens directs entre ce que je vois des comportements animés et le réel ; ou encore, recréer avec les œuvres les relations que j’entretiens avec le monde.  Benyounès Semtati

Mots-clefs : Benyounes Semtati, peinture, dessin, collage, gouache, carton, représentation, Maroc


Voir aussi : 

[EXPO] Between Time & Time - Benyounès SEMTATI

 


ŒUVRES EXPOSÉES

Adam et Eve, polyptyque, collage sur carton, 33 x 30 cm, 2014  Gouache virile, triptyque, gouache sur carton, 86 x 109 cm, 2014
   


 Le septieme ciel, polypt., gouache sur carton, 108 x 20 cm, 2014  Architecture, Diptyque, gouache sur carton, 69 x 26 cm, 2014   Dante x 4, polyptyque, Craie grasse sur papier, 142 x 27 cm,2014
     
     
 Ligne 1, craie grasse et encre sur papier, 36 x 27 cm, 2014   Résurrection-Dior, collage sur bois, 110 x 60 cm,2014     SansTitre, Collage papier sur carton,37,5 x 29,5 cm,2014
     
L'amour enchainée, gouache sur carton, 61 x 71 cm, 2014  Le chien, gouache sur carton, 61 x 77 cm, 2014
   
Architecture 2, triptyque, gouache sur carton, 49 x 150 cm, 2014
 

La bouche
, technique mixte sur papier, 28 x 71 cm, 2014
 

Nature morte, gouache sur sac d'emballage, 94 x 66 cm, 2014  L'Empire State Africain, collage sur bois, 88 x 60 cm, 2014
   
 
L'homme aux gants, collage sur carton, 60 x 50 cm, 2014  Saint Paul, collage papier sur carton, 55 x 53 cm, 2014
   
Sans Titre, diptyque, gouache sur carton, 28 x 52 cm, 2014 Penrose blanche, gouache sur carton, 72 x 121 cm, 2014
   
   
Suite amphibienne, polyptyque, craie grasse et crayon sur papier, 60 x 94 cm, 2014 Le peintre, gouache sur carton,61 x 71 cm, 2014  
Records, gouache sur carton, 36 x 70 cm, 2014
Attractive Bank, polyptyque Craie grasse et crayon sur papier, 35 x 190 cm,2014