LAST CALL ! SYLVESTER ENGBROX

[EXPO] DU 17 SEPTEMBRE  AU 31 DÉCEMBRE 2016 /  BIO /  VIDÉO  / VOIR AUSSI / CPENTRETIEN
 

L’individu est aujourd’hui un touriste de sa propre vie. Il se considère comme un client du Monde qu’il habite en consommateur. Il choisit les trajectoires de son existence dans les catalogues des tours opérateurs spécialisées : famille, éducation, société, spiritualité, divertissement. C’est un non-résident et il se comporte comme un visiteur qui sélectionne ses excursions à la carte. Il veut être remboursé s’il n’est pas satisfait et pouvoir choisir une autre vie s’il s’est trompé. La lutte des classes est à présent celle du voyageur : économique, business, first…Dans cette première partie de l’exposition LAST CALL !  Sylvester Engbrox, évoque ce tourisme de l’existence comme une partie de jeu collectif où le corps — le plus souvent dénudé — est un jeton (chip) qui vous permet d’y participer. Sa valeur nominale donne accès aux tables de jeu.

Je me suis retrouvé dans un camp de naturistes à l’âge de 17 ans par erreur. Ma copine s’était chargée de l’organisation de nos premières vacances et comme nous avions évidemment un budget très restreint, elle avait opté pour une formule nommée « hôtel roulette ». Nous connaissions la destination, Rovinj dans l’ancienne Yougoslavie, mais « l’hôtel roulette » était une surprise. Cette formule permettait au tour-opérateur d’écouler des chambres qui étaient restées vides. C’est grâce à ce jeu de chance que j’ai pu faire connaissance avec le monde naturiste, autrement, je n’aurais probablement jamais pensé réserver mes vacances dans un tel endroit. C’était un gigantesque terrain et nous habitions tous dans des petits chalets individuels. Les vacanciers étaient de tous âges, couples ou familles. Le dress code était comme on l’imagine : nu, mais avec certains accessoires, comme les sandalettes, le bob, la serviette qu’on met avant de s’asseoir dans une chaise en plastique (en Yougoslavie, en juillet, on transpire). Depuis cet été-là, ce domaine me passionne : être nu entouré d’autres gens nus dans un monde artificiel, fermé, avec des codes bien établis. « Bonjour, je me présente, X, j’ai un corps, je l’ai oublié pendant toute l’année et là, il a besoin de prendre l’air, comme le vôtre. » Les naturistes sont bien plus polis que les touristes habillés. Le décalage entre le corps nu et les codes de communication simulant être habillé frôle l’absurde.

Je retrouve le même décalage dans le porno narratif des années 70-80, mais sous forme de fiction, et cette fois, habillé : « Bonjour, je suis le plombier et là, je vous parle comme si de rien n’était parce que je suis habillé, alors que vous avez comme moi lu le scénario. Dans dix minutes, vous allez vous faire prendre par-devant et derrière dans votre belle cuisine. Ensuite, on se rhabille. On va continuer notre vie et faire semblant de ne pas avoir de corps. »  

Extrait de l’entretien avec Max Torregrossa. Entretien complet ici


 Vernissage : Samedi 17 septembre 2016 / 17:00-21:00

Exposition  
Artiste : Sylvester ENGBROX
Lieu : galerie VivoEquidem, 113, rue du Cherche-Midi 75006, Paris, FR
Tél. : +33 (0)1 83 97 22 56 ou +33 (0)6 16 81 01 48
Ouverture : du mardi au samedi de 15h à 19h30

Contacter la galerie par mail
C
ontacter Sylvester Engbrox par mail 


 

 
Plastic Shoes, 2016, huile sur toile, 116 x 89 cm

 


 

Biographie

Sylvester Engbrox est un artiste allemand né en 1964 à Clèves (Allemagne). Il vit et travaille à Paris. En 1984, il commence à peindre. En 1986, il quitte Düsseldorf pour s’installer à Paris. De 1988 à 1991, il est étudiant à l’École nationale supérieure de la photographie, à Arles (Bouches-du-Rhône). Il y est l’élève d’Arnaud Claass, de Christian Milovanoff et de Christian Gattinoni. Il a également l’occasion d’être l’assistant-photographe de Larry Fink.

De 1999 à 2005, il crée et gère avec deux amis un label de musique indépendant à Paris. Il collabore également à l’écriture et l’arrangement de titres avec Sporto Kantes.

Les trois premières œuvres peintes ayant intégré son catalogue datent de 1994 : Helen, Hotel Aya et Air Disaster 1. Ces toiles sont réalisées d’après des images trouvées dans la presse grand public, de petite taille et mal imprimées.

Voir aussi : 

[EXPO]
 
Ausstrahlung - Sylvester ENGBROX

[EXPO] The Good & The Bad Life - Sylvester ENGBROX

[EXPO] Follow Me - Sylvester ENGBROX

[LIVRE] Follow Me 

[EXPO] Hyperception - Sylvester ENGBROX

[EXPO] Sylvester ENGBROX

[ÉDITION] Picture-Disc Sylvester ENGBROX