Urban Mind - David CLERC

[EXPO] DU 12 FÉVRIER AU 27 MARS 2010   /  DAVID CLERC  / VIDÉO /  ŒUVRES EXPOSÉES / VOIR AUSSI

Gravure, aquarelles, œuvres graphiques
Du 12février au 27 mars 2010
Artiste : David Clerc
Lieu : galerie VivoEquidem, 113, rue du Cherche-Midi 75006, Paris, FR
Tél. : +33 (0)1 83 97 22 56 ou +33 (0)6 16 81 01 48
Ouverture : du mardi au samedi de 15h à 19h30

Contacter la galerie par mail

La galerie VivoEquidem annonce la première exposition à Paris du peintre suisse David Clerc : un ensemble caractéristique d’œuvres de l’artiste sur le thème des paysages urbains. David Clerc a pour habitude d’explorer son environnement urbain, carnet de croquis à la main. De retour à son atelier, il fait appel à plusieurs techniques (peinture, aquarelle, encre) pour fixer sur le papier ou la toile, les sujets rencontrés au cours de ses déambulations urbaines. Dans ses descriptions picturales, il s’attache à des éléments d’architecture ou industriels (gares, escaliers, caténaires). Tendant à l’abstraction, ces éléments viennent ordonner des compositions délibérément structurées, tandis que les couleurs apportent mouvement et forme. Peindre Paris est la façon que David Clerc a de s’approprier cette ville où il est arrivé il y a sept ans : « où que l’on soit, on n’est jamais étranger en un lieu ainsi passé au crible de la pensée, de la réinterprétation, de la reconstitution mentale ». 

Physiquement, David Clerc ressemble à Dürer ou à un pirate hanséatique avec sa barbe et sa chevelure blond-roux, son regard immobile d’un étrange bleu gris. Il est imposant. Pourtant, c’est à peine si on remarque sa présence tant il est silencieux et discret. Son travail est de la même nature, solide et délicat. Tous les éléments architecturaux dont David Clerc s’inspire sont près de chez lui. Il les voit ou les découvre tous les jours. Les formes qui les composent se remplissent et se vident avec le temps, la lumière, l’heure, les couleurs. Il affirme que la perspective ne l’intéresse pas. Que l’objet même, façade, pylône, balcon, ne le fascine pas tant que cela.  Son accent suisse et sa voix basse vont bien ensemble. Pour être plus clair, il va chercher dans son carnet une citation de Mac Orlan sur le gris. Il parle ensuite de la peinture chinoise faite de « pleins » et de « vides ». Il évoque Cézanne avec la montagne Sainte Victoire, son pas de côté sur le motif qui lui fournit encore des mois de travail. Ce qui rend le travail de David Clerc fascinant, c’est qu’il réussit à montrer qu’il est possible pour l’individu, où qu’il soit, de ne plus avoir à courir en tous sens pour habiter les lieux et pour ne plus se sentir un étranger. Il s’agit alors de s’arrêter et de laisser la ville se mouvoir. Regarder l’architecture ou l’urbanisme se construire et se déconstruire au fur et à mesure du temps qui passe. Ce temps n’étant pas celui du matériau, béton, verre, acier, mais celui de l’échelle humaine : la journée, la nuit, la semaine… En fabriquant sa propre géographie mentale, David Clerc reconstruit le monde autour de lui au gré de ses déplacements. Où qu’il soit, il est ainsi chez lui…

VIDÉO

David Clerc dans son atelier 

Voir aussi : 

[EXPO] ECHO - David CLERC

[EXPO] Refuge - David CLERC


Lui envoyer un mail la galerie lui transmettra 

 

Mots clefs : David Clerc, Suisse, gravure, dessin, géométrie, forme, monotype, papier, façade

 

  Escalier, lavis d'encre sur papier, 25 x 36 cm, 2007

 

DAVID CLERC

Né le 10 avril 1971 à Fribourg, Suisse
Formation : Cours de dessin et peinture à l’académie Maximilien de Meuron, Neuchâtel entre 1987-1990

Le papier est pour David Clerc un support de prédilection qu'il explore méticuleusement depuis de nombreuses années. Du dessin à la gravure sur bois ou au monotype sur très grand format, il lave, gratte, réimprime ce matériau avec ajout d'encre, de lavis, d'aquarelle, de peinture. Au fur et à mesure de ses expérimentations, ces sujets de la ville et des formes qui l'habitent se sont réduits à de simples abstractions géométriques flottantes ou vibrantes.

Je marche, j’observe la ville et la nature. Je dessine ce que je vois et qui m’interpelle sans autre intention que de voir et d’entrer dans une réalité. Noter le moment. Fixer le paysage sur le papier autant qu’il s’imprime dans la mémoire. Dans l’atelier se met en place un lent processus pictural qui recourt à des techniques différentes comme autant de logiques de construction de la peinture. Appréhender un sujet par l’huile puis l’encre de chine, la tempera ou encore l’aquarelle me permet d’oublier le sujet pour en quelque sorte entrer dans la peinture, rêver le paysage, essayer de retrouver cette vision initiale de l’ordre de l’instant.

Ces techniques ne sont pas pensées dans un sens traditionnel allant de l’étude à l’œuvre. Mon travail les utilise sans hiérarchies ni préméditation. Je circule de l’une à l’autre pour tenter d’approcher cette sensation première que je définirais comme une résonance.

 Ce n’est pas le réel en lui-même que je peins, mais tout part de lui. Bosquets, façades, escaliers, balcons, fenêtres ou caténaires sont à l’origine de ma peinture.

Paysage urbain, aquarelle et encre de Chine sur papier 23,5 x 33 cm 2011


 

ŒUVRES EXPOSÉES 

 
 Facades aquarelle et encre de Chine sur papier 33,3 x 33,3 cm 2011    Facades encre de Chine et aquarelle sur papier 24,3  x24,3 cm 2011
     
 
Paysage urbain, encre de chine sur papier 25 x 32 cm 2010    Paysage urbain, aquarelle sur papier 25 x 32 cm 2010
     
 
Escaliers, huile sur toile 89 x 130 cm  2005    Escaliers,  aquarelle sur papier  25 x 32,5 cm  2005
     
 
 Façades, gouache, crayon sur papier 50 x 66 cm 2008    Paysage urbain, aquarelle et encre de Chine sur papier 18,5 x 25 cm 2011
     
 
Caténaires, aquarelle et encre de Chine sur papier 18,5 x 18,5 cm 2011     Paysage urbain, encre de Chine et aquarelle sur papier 24 x 23,5 cm 2011
     
 
Paysage urbain, aquarelle et encre de Chine sur papier 31 x 43 cm 2011    Paysage urbain, encre de Chine et aquarelle sur papier 16 x 23,5 cm 2011
     
 
 Paysage urbain encre de chine et aquarelle sur papier 37,5 x 56 cm 2010    Paysage urbain, encre de Chine sur papier 70 x 100 cm 2011
     
 
Paysage urbain, encre de chine sur papier 25 x 32 cm 2010    Paysage urbain, aquarelle et encre de Chine sur papier 24 x 33 cm 2011
     
 
Paysage urbain, aquarelle et crayon de couleur sur papier 28,5 x 37,5 cm 2011   Paysage urbain, aquarelle et encre de Chine sur papier 23,5 x 33 cm 2011